user_mobilelogo

TITRES et GRADES des HORTICULTEURS DIPLÔMES de l'enseignement secondaire technique, de l'enseignement supérieur académique et des formations publiques officielles du FOREM, IFAPME, SFPME et de Bruxelles-Formations.

toge verte f32Il existe aussi des formations du réseau 'privé', souvent limitées au niveau territoire et dans le temps.
Elles ne sont pas à rejeter (surtout pour la formation continuée) mais sachez bien qu'elles ne valent que ce que les employeurs y trouvent.
Elles ne permetront pas l'accès direct aux fonctions publiques (et toute nomination officielle).
En Belgique, une loi cadre publiée au Moniteur du 24/09/2007, protège effectivement les 'titres' et les 'grades' tant au niveau national qu'international mais, PAS ASSEZ l'exercice de la profession.
En fait, tout le monde peut donc se dire 'horticulteur' MAIS PAS exercer les nombreux métiers en tant que tel ?...

  • Horticulteur - pépiniériste (dont l'aménagement des toitures et murs végétaux)
  • Aménagement et entretien de parcs et jardins (dont les terrains de sport et d'agrément)
  • Horticulture maraîchère (produire, sélectionner, conditionner et vendre, y compris en 'bio')
  • Phytotechnie (technique et gestion) horticole
  • Phytopharmacie agricole et horticole (licences obligatoires P1 et P2, soins aux plantes et au bétail)
  • Fleuriste
  • Jardinier
  • Arboriculteur élageur y compris comme 'grimpeur élageur' (aussi un 'titre' soumis à certification)
  • Prévention et sécurité liée à l'utilisation du matériel agricole et horticole
  • Entretien et réparation du matériel horticole et des serres
  • avec la connaissance des logiciels du 'secteur vert'

 NB.-ARLFl.: Depuis fin 2009, profittez du 'Plan Marshall Vert' qui valorisent et stimulent ces professions demandées.

"Les bacheliers en agronomie exercent leurs activités professionnelles tant en Belgique qu’à l’étranger.
Ils exploitent, au profit de l’humanité, les principes du vivant dans leurs différentes spécialités.
Ces agronomes travaillent dans les secteurs public ou privé, dans les centres de recherches, dans les laboratoires d’analyse et de contrôle, dans les entreprises de production, de transformation, de distributions et de services, dans les bureaux d’études, dans l’enseignement, dans les ONG, dans les organisations professionnelles, …
La formation des bacheliers professionnalisants vise à : (source: HECh.be; Liège; 2017).

  • développer chez les étudiants des compétences utiles et nécessaires pour leur vie professionnelle en tenant compte des contraintes imposées par une société en perpétuelle évolution et en leur imposant des contacts fréquents avec le monde du travail
  • permettre aux diplômés de développer une agronomie, respectueuse de l’environnement, fondée sur les progrès des sciences et des techniques
  • renforcer chez les étudiants une attitude de prise de responsabilités en les associant à des activités de services à la collectivité, en les incitant à l'étude de langues étrangères ainsi qu'à la mobilité
  • préparer les étudiants à être des citoyens actifs animés de valeurs démocratiques, humaines et relationnelles tournés résolument vers le futur dans une démarche de développement durable." 

Qu'est ce qu'un CERTIFICAT ?

Un CERTIFICAT est légalement une attestation évaluée de formation (avec des crédits ECTS) sans grade académique.

CeCAF =  le Certificat de Compétence acquise en formation permet de valoriser des prérequis pour exercer un (autre) métier ou une fonction.
Le CeCAF doit répondre aux normes et exigences européennes et est dispensé en Wallonie par les Centres de Compétence du FOREM.

Qu'est ce qu'un GRADE ?

Un niveau de formation atteint dans l’enseignement supérieur agrée de type long (2 cycles) ou court (1 cycle de 3x60 crédits).
Les grades relèvent de la juridiction législative des Régions en Belgique.
Même s'ils diffèrent un peu entre nos 3 Régions belges (flamande, wallonne et germanique), ils se doivent d'être en harmonie avec les 28 pays de la Réforme Européenne de l'Enseignement Supérieur, dite "3-5-8" ou réforme de Bologne.

Qu'est ce qu'un TITRE ?

Les titres sont liés aux orientations et à la durée des finalités. 
Ils ont été introduits pour préciser toutes les finalités autres que celles liées à l’enseignement et à la recherche : Architecte, bioingénieur, ingénieur industriel, biologiste, etc.

Parce qu’ils précisent des métiers à responsabilité, ils font souvent l’objet d’une protection légale de compétence fédérale –lié au port du titre - ou d’un Ordre (habilitation à exercer individuellement une profession libérale sous l’autorité de ses pairs).

Plusieurs Ecoles et le CENTRE DE COMPETENCE du FOREM peut lui aussi délivrer des Titres de 'jardinier' et de 'grimpeur élageur'.
Ces titres sont 'officiels' et les compétences sont validées.
Il n'y a pas dans la partie francophone du pays une organistion unique représentative de l'ensemble de la profession horticole
C'est bien en Belgique (rien n'est simple chez Kafka) une compétence nationale à équivalence internationale bien règlementée.

Lauréat du Travail®.

laureattrvl f110Ordre du mérite professionnel crée par le Roi Albert 1er et contrôlé au niveau fédéral belge.
Ventilé par secteur d’activité professionnel indépendamment du diplôme.
Il est décerné par le Commissariat des Elites du Travail pour les professions reconnues.
Il est aussi impératif que ces professions soient représentées à tous les niveaux de pouvoir par une (seule) organisation nationale plurielle dotée d'une personnalité jurique adéquoite soit : une fédération®, une union professionnelle® ou à la rigueur une Association sans but lucratif®.
Les associations de fait ne représentent qu'elle même et n'ont pas de personnalité juridique. Leur fonctionnement ne relève pas de la loi.
Notons que la célèbre ABAJP-BVTL® de référence nationale pour l'IFLA-Europe a un statut d'association professionnelle reconnue depuis 1935 à Anvers (Aantwerpen), mais qui ne souhaite pas représenter l'ensemble de sa profession (2016).


 Les FORMATIONS

Depuis le décret paysage (ministre J-Cl.MARCOURT) du 07/11/2013, chaque cycle est compartimenté en unités d’enseignement (UE), divisées en unités d’apprentissages (UA) qui comptent pour un certain nombre de crédits ECTS d’apprentissage avec 60 crédits par bloc d'apprentissage. 
La réussite d’un cours procure un capital cumulatif de crédits qui permet de poursuivre la formation au sein d’une UE indivisible dans tous les cycles professionnalisants

CYCLE SECONDAIRE

x

CYCLE SUPERIEUR COURT

GRADUAT / BACHELIER en Technique et Gesion Horticole

Crée en 1986 sur le campus de l'Institut Supérieur Industriel (ISI) de Gembloux mais déjà existant à Vilvorde avant son transfert de l'ancienne Ecole pratique d'horticulture en 1964 (fondée le 18/04/1849 par le Roi Léopold Ier). En 1890 elle devient 'Ecole moyenne pratique d'agriculture et d'horticulture de l'Etat" encore à Vilvorde.
Etudes à temps plein de 3 ans (avant 2016) en Institut Supérieur Industriel agronomique avec un stage de 6 mois sur le terrain

Notez bien que l'ancien grade finalisant du GRADUAT délivré de 1954 à 2009, du cycle court de l’enseignement supérieur (polytechnique) non universitaire, sont tous automatiquement 
assimilés au niveau européen (grâce aussi au lobbying de nos associations) comme ‘Bachelor’.
On le doit au écret du 06/07/2007 (art.1 MB.07/09/2007).

NB. ARLFL :

  • Notez que le BTS et la licence professionnelle française sont d'un niveau inférieur à nos Graduats et Bacheliers, pour tous les jurys belges (et sans Bac).
  • Un système de passerelle vers le cycle long après un cycle cour permet de postuler pour l'admission au Bloc 0 du Master d'Architecte paysagiste (LAr pour Ajp ) ou du Master en Sciences de l'ingénieur industriel en agronomie (Ing. pour BAg en Haute Ecole), en effectuant 180 crédits (soit au moins une année de plus) et, si le dossier personnel des prérequis est validé plus la financabilité du nouveau cursus accepté par un jury [décret paysage 07/11/2013].