user_mobilelogo
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Dans toutes bonnes jardineries dignes de ce nom, vous devez trouver le NOM des PLANTES dans la langage courant mais aussi un nom de GENRE et d'ESPECE -généralement en latin, suivi pour les fleurs et légumes +recherchés du nom d'une VARIETE sélectionnée.

La TAXONOMIE, la grammaire qui décrit le monde vivant depuis 3 siècles, a été structurée par Carl von LINNE - dont l'ARLFl est le promoteur inconditionnel- et nous permet à tous de 'RECONNAITRE' une plante parmi d'autres qui lui ressemblent.
Comment est-ce possible et est-ce la seule méthode encore utilisée ?...

N.B. ARLFl :  Cet article (hors iconographie) est une réimpression (avec autorisation Revue ATHENA N°228, 02/2007) de l'article de l'excellent Jean Claude QUINTART, Analyste et Journaliste scientifique en freelance pour la revue 'ATHENA' publiée par la Communauté française de Belgique. 

vl portraitjnCari Linnaeus ou Cari von Linné est né le 23/05/1707 à Râshult, petit village de la province de Kronoberg dans le sud de la Suède. Pasteur de campagne, son père l'initie très tôt à la bota­nique.
De là naît son intérêt pour les sciences de la nature qui le conduit à étudier, en 1727, la médecine à l'Université de Lund, puis à l'Uni­versité d'Uppsala.

Pour assouvir sa passion des choses de la terre, il mène une mission scienti­fique en Laponie d'où il ramène une vaste col­lection de végétaux, animaux et minéraux.
En 1735, il obtient son doctorat en médecine à l'Université d'Harderwijk, en Hollande, et com­mence à écrire ses ouvrages fondamentaux dont la première édition du Systema naturae, publié à Leyde en 1735 (image en fin de cet article).

D'autres suivront et lors de la dixième édition, Linné généralise la nomenclature binominale. Toujours en usage, cette méthode identifie une espèce vivante par l'association du genre et de l'espèce, le tout en latin et avec une majuscule pour le premier nom. Exemple: Homo sapiens: Homo pour le genre et sapiens pour l'espèce.

De retour au pays natal, il se marie et a sept enfants.
Il obtient la chaire de médecine de l'Université d'Uppsala, puis celle de botanique, et devient le médecin de la famille royale de Suède. Il est anobli en 1761 et décède le 10 jan­vier 1778 à Uppsala.

«Si tu ignores le nom de choses, même leur connaissance disparaît», disait Linné.

vl lantarumOr, depuis Aristote, le nom des grandes classes zoo­logiques n'avait pratiquement pas changé.
Par exemple, les insectes étaient divisés tout sim­plement en grands et petits.
De quoi y perdre son latin lorsqu'on pense au nombre d'espèces animales et végétales sans cesse découvertes en ces temps d'exploration du monde.
Et compren­dre en quoi l'œuvre de Linné a lancé l'étude du vivant. D'aucun n'hésitant pas à voir en lui un nouvel Adam !

histoire iaa vlDe fait, si Linné n'est pas le père du vivant, il est celui de ce qui allait deve­nir la taxinomie, science qui décrit le vivant et le regroupe en entités dites taxons, à savoir: l'espèce, le genre, la famille, l'ordre, la classe, l'embranchement et le règne.
La taxinomie étant elle-même inséparable de la systématique, science qui dénombre et classe les taxons.

Contestée parce que construite avec religiosité ou par le côté artificiel de ses classifications, rien n'arrivera à ébranler la taxinomie linnéenne.
Pas même le darwinisme !

Et demain ?

La question est posée ! Après avoir permis par la perspicacité de son classement de passer de 400 espèces animales sous Aristote à quelque 4 400, la taxinomie linnéenne est mise à mal par la taxinomie phylogénétique

Où est la faille de Linné ?

Dans le fixisme, qui repose sur des cri­tères morphologiques sans établir de généalogie entre les espèces.
Pour Linné, le vivant a été créé par Dieu et il ne varie pas. Il est fixé.
Aujourd'hui, s'appuyant sur la théorie de l'évolution de Darwin, née plus d'un siècle après Linné, les scientifiques souhai­tent mettre de côté le système fixiste en considé­rant les espèces comme entités provisoires.
Leur objectif vise à créer une nomenclature adaptée à l'évolution en organisant les espèces en un sys­tème de groupes naturels s'emboîtant les uns dans les autres afin de refléter les liaisons surve­nues pendant l'évolution.
Ainsi, la systématique moderne tient compte des caractères hérités visi­bles jusqu'aux séquences d'ADN, ARN, protéi­nes et des données paléontologiques.
Elles est ainsi la base de l'arbre de vie.

Trois siècles après sa naissance, Linné fait tou­jours l'actualité.
Les débats suscités par son œuvre démontrent que la science reste toujours une aventure. Rien n'est arrêté, rien n'est fixé!
De là son côté passionnant.

Vous pouvez contacter personnellement J-Cl. QUINTART cliquez ci-après enveloppe2 f16