user_mobilelogo

CONNEXION

Enregistrez-vous gratuitement

VOUS êtes en ligne

BULLETINS

Please make sure you have a published and visible Newsletter attached to your list
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Auteur : Frédéric CHEVALIER; Ajp.AIHy, Administrateur ARLFl.; Huy, 2011.
reprint d'un article publié dans le bulletin INFO-AIHy n°130 (ingénieurs en agronomie et Paysagistes).
NB.: les images -pour votre information- sont tirées du site Internet du propriétaire et datent en général de 2009 ou d'Oxford Botanica

Nous sommes reçu par Ajp Yves GOSSE de GORE [architecte des jardins et du paysage ; HELdB, campus d’Anderlecht en Belgique] qui fait l’honneur à notre voyage d’étude de la Société Belge de Dendrologie de nous commenter sa gestion paysagère de l'Arboretum de SERICOURT en 2011.
Ce jardin exceptionnel qui est aussi une entreprise du paysage, a été primé par les journalistes AJH de 'jardin de l'année en 2012'.
[NDLR-ARLFl.: Niché dans un petit vallon boisé dans le Nord-Pas de Calais entre Berck (celui du film les Chti’s) et Arras].
Des petits panneaux numérotés guident les visiteurs munis du Sésame : le plan ci-dessous.(clic pour lien vers le site). 

Pour nous ce ne sera pas nécessaire, le Génie des lieux par la voix de notre hôte nous rend cet Honneur.
Suivez-nous dans ce paysage 'extra-ordinaire'...

art17 acces

art17 plangeneralsericourt

Mise en situation.

Tout d’abord les sols : ils ne sont ni acide, ni humifère.
Ce sont aux départ des sols de mauvaises prairies, avec en fond de vallée un Gley situé à faible profondeur, sur les coteaux les sols sont filtrant.
Les sols en pente sont boisés car inculte.
Conséquence logique de cet environnement nous ne trouverons à Séricourt aucune collection de plantes de terre de bruyère.

Nous trouverons des roses anciennes et botaniques (la région possède une tradition bien établie de la culture de la Rose à Lesdain et à Provins).

art17 cathédralederoses
la cathédrale des 1001 roses

C’est dans la période qui succède les croisades que cette culture commence à s’installer.
Chez les nobles d’abord à partir du Rosier de Damas et de ses croisements avec la rosa gallica à fleur simple.
L’amour courtois se développe à cette époque c’est un renouveau culturel et artistique pré humaniste.
Une œuvre est particulièrement remarquable de cette époque ‘Le roman de la rose’ traduit  par Jean De Meung (dit Jean Chopinel 1250- vers 1305) à partir des écrits du poète Perse Omar khayan.
Cette traduction contribuera à populariser la culture de la rose.

« Mignonne allons voir si la rose est à présent éclose... »

C’est dans un contexte toujours d’actualité et à des fins d’hybridation que M. de Gosse, rassemble une importante collection de roses anciennes et botanique.
Il réalise des essais de croisement qu’il se fera un plaisir de nous présenter, lorsque l’occasion s’en présentera en cours de visite.

La difficulté lors de croisement, ce sont les plantes non identifiée, pour arriver à des résultats exploitables il faut féconder les fleurs manuellement  (protéger les fleurs du pollen non identifié) puis semer les graines des fleurs fécondées, observer la croissance et les caractéristiques des fleurs des plantes semée dans un premier temps (faire un tri).
Puis greffer sur différents sujets d’églantier les sujets les plus prometteurs (pour obtenir la fixation des caractères), le résultat final est obtenu dans un second temps, après plusieurs années d’observation, et l’éventuelle réussite d’un concours.

Il faut parler de la dendrologie des arbres et arbustes de sols humides que M. de Gosse installe à partir de 1985 dans les jardins de Séricourt.
Aucun arbre n’est étiqueté et M. de Gosse préfère ne pas indiquer d’erreur.
Il possède la liste des plantes qu’il a achetées, l’endroit où il les a plantées.
Mais la connaissance exacte des espèces et variété lui est parfois inconnue. Il a ainsi proposé d’offrir le gîte et le couvert gracieusement à nos membres qui accepteraient de collaborer à l’identification précise des genres et espèces, mal étiquetés par les pépiniéristes, et présentes dans son arboretum.

De nombreux cas douteux se trouvent au détour des allées, il a pu observer ses erreurs, lorsqu’en tant que paysagiste il a constaté que des plantes portant un même nom différaient.
Lorsque des visiteurs lui demandent des noms de plantes, il s’efforce de les aider.
Collectionneur d’espèces au départ, il à ensuite participé à la création de l’association des parcs et jardins du Nord-Pas-de-Calais en 2000, en y ajoutant le sien.

En 2004 le label jardin remarquable a été attribué au jardin de Séricourt par cette même association.
La presse étrangère s’intéresse à l’endroit.
(Voir l’article de Mélanie Renault, l’Echo du Pas-de-Calais n°67 septembre 2005 (sur Google) et la fiche de Séricourt sur le site de Parc et jardins de France).

art17 courbevegetales (Mobile)

Notez que chez Ulmer, M. gosse de Gorre a publié « Sagesse et déraison au jardin. » (Pour prolonger l’émotion et revivre ces instants rares.)

Le classement en zone de rusticité donne 7 ou 8 sur l’échelle de l’Arnolds Arboretum suivant les auteurs.

Monsieur de Gosse dirige un bureau d’étude, et une entreprise de jardins et paysages.
Cette entreprise est une pépinière, mais aussi un prestataire de service d’entretien et de réalisation orienté essentiellement vers le jardin privé.
Pour en savoir +, consulter son site Internet 'jardindesericourt.com'

NB.-ARLFl.: Depuis 2007, Yves Gosse de Gorre donne régulièrement des FORMATIONS (tailles, conception spatiale, reconnaissance des végétaux) en partenariat avec Hortibat, où les stagiaires peuvent profiter des 7 hectares de jardin et pépinière mis à leur disposition pour parfaire leurs connaissances du monde végétal et de la conception paysagère.

Climatologie des stations proches de Frévent :Lille : altitude 20m . Précipitations 687mm (1961-1990)
Minimum absolu : -19.5°C le 14/01/1982 
(Source : Actes sud thésaurus Guide du patrimoine botanique de France)

Moyennes en (1931-1960)

 

Lille

Abbeville

Boulogne

jours de gel

61

56

 

Jour de brouillard

81

48

 

Moyenne annuelle 

9.9°C  

10.2°C

10.4

Minima de janvier 

0.1°C

0.4°C

1.9°C

Maxima de janvier

5°C

5.9°C

6°C

Minima de Juillet

12.4°C

12.4°C

14.3°C

Maxima  de juillet

22.4°C

22.4°C

20°C

Insolation

1641h

   

Frévent moins de 900mm de précipitations.
[PUF QS 1967. Le climat de la France ; Gisèle Escourrou, p.73]

Ces deux facettes (bureau d’étude et entreprise) se combinent dans l’élaboration du jardin que nous allons visiter.
Le jardin est privé en 1985 au début.
Il est ouvert au public et double sa surface en 2000.
En 2011, le jardin de Séricourt couvre 4.5 hectare, arboretum compris.

Le jardin des vivaces (aire 6) :

Nous commençons notre visite par un petit vallon frais ou croît le rosier arbustif « american Pilar » ce rosier craint le dessèchement et pousse sur un pin d’une hauteur de 12m.
Nous rencontrons alors nos premiers arbres.
Acer pseudoplatanus’Prinz Handjery’ , (Les pouces roses au printemps se transforment en vert. Source : Hillier)

Un massif greffé de Cornus alternifolia ‘Argentea’ (‘Variegata’), Betula costata Trautv., Pinus nigra Arnold ‘Austriaca’, Aesculus neglecta Lindl. ‘Erythroblastos’
(Les jeunes feuilles se transforment d’un rose exquis en vert pâle pour prendre une teinte jaune orange en automne. Hillier)
Davidia involucrata Baill, Métaséquoia Glypstromboïdes Hu & Cheng, Betula nigra L., Betula papyrifera Marsh., Rosa moyesii x  Rosa rubrifolia le croisement obtenu à partir de Rosa moyesii Hemsl. & Wils.
Rosa rubrifolia Vill., Rosa Dahurica, Physocarpus  opulifolius  ‘Darst Gold’, Betula maximowicziana Reg.

Allée nostalgique les 3 motivations (aire 7) :

Le pouvoir - L’amour, la luxure - L’argent & la cupidité.
Rosa x Hederacea, Fagus sylvatica ‘Borniensis’ ? (Rouge pâle avec un nombre de nervure différente).
Acer capadocicum Gled., Prunus virginiana ‘Shubert’
Liriodendron tulipifera L. ‘Aurea’  (ou ‘Glengold’ en Grande Bretagne), Acer x Zoechense Pax (Acer campestre x Acer lobelii), Cladrastis australis ?, Physocarpus opulifolius (L.) Maxim. ‘Diable d’or’, Liriodendron chinense Sarg.

Le jardin guerrier (aire 8) : (existe depuis 2002)

Des rangées de taxus représentent des guerriers de terre cuite en avant plane et en arrière plan le massifs de Chamecyparis le tumulus de Xian (en R. P. de Chine), Chamaecyparis pisifera ‘Strathmore’, Taxus prostrata  ‘ Standishii’
(notons que de couleur jaune ils font l’objet d’une taille fréquente suivant des lignes tracées dans le massif, à cette occasion les ronces qui poussent en dessous sont arrachées).

Le repos du guerrier (aire 9) : Les danseuses de French cancan.

Un chamaecyparis obtusa (Siebold et Zucc.) Endl. ‘Nana gracilis’ aux formes suggestives.
Nous trouvons aussi un buis taillé en s’inspirant du tracé de l’odalisque de Manet.
Il y faut tout de même un peu d’imagination. La lisibilité des formes n’est pas l’objectif recherché par M. de Gosse. En d’autres termes l’interprétation est laissée au visiteur.
Picea abies ‘Nidiformis’

Le champ de bataille 

Le coquelicot et le myosotis.
Au niveau de l’aménagement de son arboretum M. de Gosse observe, certaines règles.
Il nomme des endroits qu’il choisi, puis établit des relations entre les sites nommés ; ensuite il cherche les plantations qu’il va y faire en tenant compte du nom choisi et des conditions écologiques.
Conditions de plantations et d’exposition des plantes.

M. de Gosse compose classiquement les effets de contrastes perceptifscouvert, dégagé, (plafond, ciel), ouvert, fermé, (cloisons, haies,) limité, étendu. (Perspectives, vues, effets d’éloignement, obtenus avec des feuillages découpés).
Il joue pour reprendre ses mots « sur les oppositions » : Positif, négatif, (présence d’eau, sol différents) flou, strict (Massifs, libre, taillé) ombre, lumière (plantes et couleurs de feuillages, transparence colorée du feuillage).
Le travail se continue en composant une séquence d’effets bien dosés sur un parcours défini.

art17 buis

La promenade du visiteur.

Ce parcours du visiteur est perturbé à l’orientale « des trous d’obus, artificiels »,  et destinés à modifier la perception et les impressions, une coupure est ainsi réalisée entre l’avant et l’après, des vues plus courte sont mises en valeur. D’autres effets sont l’escalier, le sentier qui se décale, l’allée en zig zag, la porte, la galerie. Certains de ces effets sont illustrés dans l’arboretum.

art17 tablejardinsericourt

Le  cercle des saules (22)

Un cercle composé à l’origine de piquets de saules vert. Maintenait une clôture destinée à protéger un Fagus sylvatica ‘Faux de Verzy’ (protégé).

C’est un sujet que M. de Gosse a pu obtenir in extremis, les faux de Verzy font l’objet d’une protection.

Il s’agit d’un sujet obtenu auprès d’une pépinière, juste avant la prise de la mesure de protection. (Qui interdisent la multiplication de cette sorte de sujets par greffage) Ce n’est pas un sujet qui a été déplanté, mais une chimère obtenue par greffage. Un phénomène qui peut se produire naturellement sans intervention humaine dans certaines circonstances. Un bois de hêtre de Verzy existe en France, dans d’autres pays et d’autres lieux.

Betula populifolia, Rubus bambusarum x Rubus idaeus (Ronce), Prunus avium ‘Flore pleno’

 

Le bois des ombres (aire 12)

Sous-bois des chamaecyparis, taillé pour permettre la randonnée du visiteur à l’ombre sous les futaies grâce à une entrée et une sortie aménagée, les chamaecyparis du centre du massif on subit un émondage sur une hauteur de plusieurs mètres de leur tronc pour permettre incidemment d’apercevoir un rayon de soleil et de ciel perçant la futaie.

Massifs de potentilles

Pontentilla fruticosa ‘Abbotswood’

Opposition dramatique

Les pleureuses (14)

Le conseil de guerre

Les masques (10) guerriers (ifs taillés vert)

Prunus x serrulata  x yedoensis, Acer campestre ‘Black Lace’  ‘Eva’.

art17 formehomo

Le bois des déserteurs

Aesculus x mutabilis, Aesculus indica ‘Inducta discolor’ ?
Betula pendula ‘Fastigiata’, Prunus Hetsaii ?

La chambre jaune (aire 16)  (existe depuis 1996)

Jardin d’ombre plantée d’arbres et arbustes jaunes dorés pour augmenter la lumière. Allusion au roman de Gustave Leroux « le mystère de la chambre jaune »,
Acer cappadocicum ‘Aureum’, Gleditsia triacanthos ‘Sunburst’, Acer pseudoplatanus ‘Nizetii’  feuillage très transparent.
Corylus colurna  (doré) noisetier de Byzance.

« En sous bois jardiné, il est intéressant de rechercher des structures de feuillage coloré et transparent » ; commente M. de Gosse.

Acer davidii, Staphylea colchica, Staphylea holocarpa ‘Rosea’, Prunus maacki ‘Amber beauty’, Populus lasiocarpa, Laburnum.

Le jardin de la paix

Le tibétain, le japonais, le chinois (les trois prunus) (les trois betulas)

Prunus serrula (ou thibetica), Prunus nipponica, Prunus serrulata var Hupehensis.

Jardin géométrique (18) (existe depuis 1991)

Chambre d’amour (célèbre chanson de Luis Mariano)

Acer platanoïdes ‘Charles Joly’ port divariant, couleur des pousses pourpre. Weigelia florida cv ‘Marjorie’, Prunus Heitzei, Erable sycomore palissé Acer pseudoplatanus, Tilia Henryana.

La cathédrale de rose (20)

Clématite de printemps ../.., Clématite d’automne,
Clematis reversiana, Clematis redheriana, Malus transitoria avec une odeur de Gypsophille, Rosa Heliane
Rosa Sigel,.

Date de création de la roseraie : février 2000.
Les branches utilisées sont les tiges souples de gros rosiers sarmenteux qui couvrent les arceaux d’une ancienne serre en plastique de 9m x 33m.
Tilleul taillé en croix à l’extrémité de la roseraie : Salix repens ‘Zilber blanket’.

L’allée de l’infini (aire 11)

Les danseuses

Juglans regia, Rosa ‘Constance pride’,
Sureau fastigié, Prunus spinosa ‘Atropurpurea’,.

L’allée de la mer

Acer ginala, Kolwitsia, Aesculus globosum (décevant pour M. de Gosse à Séricourt), Acer davidii, Corylus colurna x corylus maxima.

Fin de la visite et remise du cadeau de la société belge de dendrologie et en provenance de l’arboretum de Wespelaar: un Melia.

De Gosse nous a promis une plaque commémorative de notre visite.
Cette dernière pourrait se trouver à côté de la plante que nous avons offerte.
Ce sera la deuxième plaque honorant une association de dendrologie dans ce jardin et arboretum d’exception, au fil des allées lors de notre visite, nous avions découvert une plaque de la société Américaine de dendrologie...